• A mille années-lumière

     

    Pèira que ges d'agach non toquèt pas,
    Pèira que ges de man la prenguèt pas.
    Linda de tot agach, de tot pensar,
    vèrge de tot saupre dels òmes
    tala qu'espelida de tèrra,
    dins sa fonzor tant de temps retenguda,
    dins la fonzor mairala de son ventre.
    Pèira pròcha de la prima auba
    dau fuòc primièr, dau fuòc unenc
    dau dieu de fuòc.

    "Peira" - D'aicí mil ans de lutz de Max Rouquette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pierre que nul regard ne toucha,
    Pierre qu'aucune main ne prit.
    Pure de tout regard, de tout penser,
    vierge de toute connaissance des hommes
    telle que jaillie de la terre,
    si longtemps retenue dans ses profondeurs,
    dans le gouffre maternel de son ventre.
    Pierre proche de l'aube première,
    du premier feu, du feu unique,
    du dieu du feu.

    "Pierre" -  A mille années-lumière,  de Max Rouquette, ce très grand écrivain des lettres occitanes qui me touche et m'émerveille sans fin

     

    A mille années-lumière

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « ImpressionsChat petit fauve »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Mai à 15:30

    On aime beaucoup Max Rouquette à la maison : "Vert paradis" en français et en occitan séjournent dans la bibliothèque  :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :