• Cigala, cigaleta

     

    Cigala, cigaleta

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cigale, ma discrète
    ma belle en dentelle de cendre,
    grise sur la grise écorce
    n’es-tu que ce bel été qui chante ?


    Cigale, ma secrète
    invisible, obstinée divette,
    n’es-tu que cette vibration stridente                                                 qui signe les heures brûlantes ?

    « Sous le ciel vert, l'été Trop c'est trop »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    5
    Lundi 27 Juillet 2015 à 18:57

    hommage vibrant!

    votre beau poème me renvoie à l'incontournable Lorca.

    merci

     

    egfrild

    4
    Samedi 25 Juillet 2015 à 13:07

    en dentelle de cendre, cela exprime si bien la beauté et la fragilité de la musique qui enchantent les oreilles provençales !

    3
    titi
    Vendredi 24 Juillet 2015 à 13:16

    Bonne journée et merci encore pour ton gentil message,çà me touche beaucoup.Bon courage !

     

    2
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 18:02

    "en dentelle de cendre"... Je ne l'aurais pas vue ainsi... celle qui chante sous le brûlant soleil... 

    1
    titi
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 12:57

    Superbe dame cigale dont je voudrais bien réentendre le chant .

    Joli poème ! Bonne journée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :