• Grandir jamais

     

    Grandir jamais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Carl Vilhelm Holsoe - Johanna Harmon

     

     

    (à J. ) - Premières années  

     

    Une fois dix, dix 

    Petite-fille, petite fée, mignonne étoile 

    Arrivée de la voie lactée des enfants

    Fillette-fleur, tantôt rieuse, tantôt grave 

    Vivante comme la pluie des perséides 

    Brasillant au ciel d'été. 

    Demoiselle déjà ! coquette et caetera... 

    Tu rêves à la beauté de l'écharpe d'Iris 

    Sur ton cou de poupée. 

    Tu tiens entre tes mains la baguette magique 

    Qui allume le feu du soleil de midi 

    Et fait venir la nuit. 

    Autant d'années-lumière sont ces ans qui s'envolent 

    Que tu trouves si longs dans l'impatience vive 

    Où tu es de connaître. 

    L'impatience est souvent affaire de jeunesse 

    Et le temps vient toujours trop tôt de la sagesse 

    Si douce est l'insouciance. 

    Cours, trottine et gambade gracieuse gazelle 

    Au ciel bleu de l'enfance qui garde tous nos rêves 

    Parmi les astres d'or.

     (2001)

     

    « En octobreLes ombres claires »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    2
    Dimanche 18 Octobre 2015 à 15:10

    Jolis mots, et merveilleuse illustration (merveilleusement démodée !). Bises Myrto !

    1
    titti
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 12:58

    Beau poème , beau tableau comme d'habitude. Bonne journée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :