• Gris de fer

     

    Voici les jours avares de lumière dorée.

    Les jours imprécis qui se grisent, se feutrent, s'éteignent.

    Pour oublier un instant que nous sommes au creux du sombre des jours, un regard réconfortant sur l'éclat de ce lumineux matin qui entre à fenêtre grande ouverte dans la maison du peintre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Charles Camoin - Fenêtre ouverte sur le Port

     

    « Les portesToute mère, mais ça c'était avant »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    2
    Samedi 11 Janvier 2014 à 08:17

    Bon jour,

    Merci pour m'avoir fait découvrir ce lumineux tableau que je ne connaissais pas.

    J'aime beaucoup.

    1
    Vendredi 29 Novembre 2013 à 23:07

    Il fait toujours beau quelque part disait le chanteur... alors, il nous faut imaginer ce "quelque part" , un ailleurs où les peintres ouvrent les fenêtres pour le plaisir de nos yeux... 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :