• Instant fragile

     

    15 juillet. La pluie droite et drue piétine la route avec entrain. Le vent violent fouette les branches du seringat. Il fait froid.

    Dans la maison doucement chauffée où  règne la demi-pénombre des jours de pluie, je suis bien.

    Tout est calme et silence. Au creux de son fauteuil mon père dort, paisible, ses tourments de vieil homme en suspens...

    Ô temps, oui temps, s’il te plaît, suspends ton vol !



    Instant fragile














    Picasso - Portrait d'Ambroise Vollard


    « "Rien n'est si précieux peut-être qu'on le croit..."Assurément ! »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :