• "Même quand elle marche on croirait qu'elle danse"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chats de Leonor Fini

     

    Blanche a de grands yeux bleus d'une douceur insigne,
    Qu'elle ferme à demi, d'un air tendre et mourant.
    Son petit nez mutin est rose et transparent ;
    Elle a dans ses contours des mollesses de cygne.


    De son corps assoupli l'harmonieuse ligne
    Enchante le regard qui va la parcourant,
    Et l'on peut admirer le grand soin qu'elle prend
    D'être à la fois aimable et caressante et digne.


    Elle est svelte et légère, et vous n'entendez pas,
    Quand elle vient à vous, le moindre bruit de pas,
    Tant de ses petits pieds la marche est délicate !


    La voyant si charmante et si mignonne en tout,
    Si douce en ses façons, mise de si bon goût,
    On en est amoureux. — Mais Blanche... est une chatte.

     

    Amédée Pommier - Colifichets, jeux de rimes (1860)

     

     

    « Abîme de réflexion...Don Williams, le chanteur me charme... »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    3
    Ymi
    Jeudi 23 Mars à 16:02

    Ma chère Myrto,

    Ton billet est une gourmandise à laquelle je ne résiste pas.

    Je fonds devant les yeux et les vibrisses de la féline et savoure chaque mot de ce charmant poème. Un régal !

    Je t'espère au mieux.

    Que ce printemps te soit agréable. Amicalement, je t'embrasse.

     

    2
    Jeudi 16 Mars à 19:08

    Merveilleux poème, et deux très belles illustrations. Bises Myrto

      • Vendredi 17 Mars à 14:34

        Heureusement, il y a la Poésie, et de la poésie partout autour de nous...

        Bises à toi eva. Je suis peu présente sur le blog mais ravie d'avoir un signe de ta part. Que le printemps tout proche te soit doux !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :