• Ô mère, ô temps...

     

     

    Ma mère, que je l'aime en ce portrait ancien,

    Peint aux jours glorieux qu'elle était jeune fille,

    Le front couleur de lys et le regard qui brille

    Comme un éblouissant miroir vénitien !

    [...]

     

    Ô mère, ô temps...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Ma mère que voici n'est plus du tout la même ;

    Les rides ont creusé le beau marbre frontal ;

    Elle a perdu l'éclat du temps sentimental

    Où son hymen chanta comme un rose poème.

    [...]

    Emile Nelligan - "Devant deux portraits de ma mère" - Extraits

     

     

    Ô mère, ô temps...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Doublement gracieux"Arbre mille fois" - J S »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    2
    Titti
    Lundi 16 Mai 2016 à 14:18

    Très émouvant ce poème et ces portraits, comme tout ce que tu fais. Bisous

     

    1
    Lundi 16 Mai 2016 à 10:42

    oui, effet... je ne m'habituerai jamais aux affres du temps qui passe...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :