• Petit poème... à l'impératif

     

    Le Thé

    Miss Ellen, versez-moi le Thé
    Dans la belle tasse chinoise,
    Où des poissons d’or cherchent noise
    Au monstre rose épouvanté.

    J’aime la folle cruauté
    Des chimères qu’on apprivoise :
    Miss Ellen, versez-moi le Thé
    Dans la belle tasse chinoise.

    Là, sous un ciel rouge irrité,
    Une dame fière et sournoise
    Montre en ses longs yeux de turquoise
    L’extase et la naïveté :
    Miss Ellen, versez-moi le Thé.

    Théodore de Banville

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « InspiréVu ? »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Mars à 10:24

    Un joli poème que j'ai plaisir à découvrir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :